Agenda Saison 2015/16

Aucun élément à afficher

Dernier article sur le Jazz Blog de La 52ème

Deux chanteuses à redécouvrir

-- par Jacky Huchet

La voix humaine constitue la fondation de toute musique. Dans le domaine du jazz, une pléthore de chanteuses a émergé au cours de son histoire; bien peu ont obtenu le rang de reine (Dinah Washington, Aretha Franklin) ou atteint le statut de diva (Ella Fitzgérald, Sarah Vaughan) sans parler de la personnalité tout à fait exceptionnelle de Billie Holliday. A l'époque de la folie du swing, tout grand orchestre blanc se devait de présenter chaque soir sur le devant de la scène sa vocaliste, blonde de préférence, habillée en tenue de soirée les épaules largement dénudées,  arborant fièrement sa plastique physique autant que ses talents musicaux. Le temps des "canaris" est maintenant irrémédiablement révolu. A leur suite, de nombreuses vocations se sont lancées à corps perdu dans ce miroir aux alouettes. Certaines, à l'image des cigales, n'ont fredonné qu'un seul été, d'autres ont continué avec courage et persévérance leur métier encouragées par un public restreint mais fidèle.

Cathy Hayes n'a personnellement réalisé qu'un seul et unique brillant tour de piste à l'age de vingt-quatre ans grâce à l'album "Its All Right With Me". Elle a tout misé sur le qualitatif en appelant le guitariste Barney Kessel au poste de directeur musical. La compagnie phonographique "Hifi Records" ayant décroché un budget, ce dernier peut oeuvrer avec trois formules orchestrales différentes: une section rythmique avec un vibraphone (Larry Bunker) à la place du piano, une moyenne formation délectable et un big band sans un seul instrument à anche. Bien entendu, les titres les plus intéressants sont enregistrés en compagnie d'un véritable petit conservatoire d'instrumentistes de la Côte Ouest: Conte Candoli très présent à la trompette, Bud Shank, Bill Perkins, Ted Nash et Justin Gordon aux saxophones, Jimmy Rowles au piano, Howard Roberts à la guitare rythmique, Monte Budwig à la contrebasse et Shelly Manne à la batterie. Qui dit mieux! "You Smell So Good" se révèle un petit bijou avec la chanteuse égrainant le premier couplet uniquement accompagnée par la guitare de Barney Kessel avant l'entrée en scène du combo. Cathy Hayes disposait pourtant de plusieurs atouts pour réussir une belle carrière. Elle avait fait ses armes pendant près de cinq années au sein du groupe vocal "The Signatures". Dotée d'un bel aplomb, d'une voix chaude et claire et d'une parfaite diction, elle montre un réel penchant pour swinguer les textes. Son style oscille entre Juny Christy et l'hyper sophistiquée Jeri Southern. Elle a tenté, semble-t-il, par la suite une carrière plus commerciale dans le circuit des cabarets. Qu'est elle devenue?
Mystère, je n'ai malheureusement aucune réponse à apporter.

Hayes

Changement maintenant de cap et de génération. Voix d'ébène proche de Nina Simone et manière d'aborder le chant inspirée par Betty Carter,
Stéphanie Crawford a connu un début de notoriété à Paris où elle résida entre 1989 et 1996 (lauréate en 1993 d'un "Django d'or"). Native de Détroit, l'une des capitales du jazz, elle séjourne à New York pour recevoir les conseils et leçons de Barry Harris et Frank Foster. Elle enregistre, en 1991, un premier disque "A Time For Love". La photographie de pochette, un portait de face, renvoie indubitablement à l'art statuaire africain: port altier du buste avec cheveux soigneusement lissés, longues boucles d'oreilles en métal, globes oculaires en creux, maquillage recherché mettant en valeur les yeux en amande, les pommettes saillantes et les lèvres le tout rehaussé par le rose vif d'une étole et enfin mine faussement boudeuse. Stéphanie Crawford privilégie le répertoire des auteurs-compositeurs (Bob Dorough, Dave Frisberg), les ballades du maitre de la mélodie Johnny Mandel et n'hésite pas à interpréter les oeuvres des pianistes Ray Bryant ou Oscar Peterson au swing contagieux. Elle surfe donc sur du velours avec des chansons en tempo lent ou médium. Pour la mise en place d'une pareille dynamique, un trio de rêve est nécessaire: le pianiste Michel Grailler, le contrebassiste Riccardo Del Fra et le batteur Simon Goubert se sont donc imposés naturellement par la seule conjugaison de leurs talents. Les deux premier nommés sont reconnus pour leurs prouesses réalisées pendant des années auprès de l'exigeant Chet Baker. Ici, pareille attention, même romantisme sans mièvrerie pour le grand respect et l'enjolivement de la thématique requise. Sans eux, ce disque ne vibrerait pas avec cette respiration naturelle. Un petit miracle donc! Notre chanteuse grave ensuite un autre album en compagnie du pianiste Kirk Lightsey mais la magie n'opère pas cette fois-ci. Elle retourne alors aux Etats-Unis, décide de s'établir dans la région de la baie de San Francisco et se produit sur scène de temps à autre à Berkeley.

Crawford

REPERES DISCOGRAPHIQUES
Cathy Hayes - It's All Right With Me (Fresh Sound)
Stéphanie Crawford/Michel Grailler - A Time For Love (Big Blue Records)

Adhérer à l'association !

L’association La 52ème a vocation à organiser et à promouvoir des événements autour du Jazz, à Nantes et alentours.

Le statut d’adhérent de l’association permet de bénéficier d’un concert gratuit au Mélocotton à la rentrée 2015 (date définie par l’association) et d’être informé régulièrement des activités de l’association. Vous pourrez aussi assister à l’assemblée générale annuelle et vous investir dans le fonctionnement de l’association.

   
  • Nom du fichier : Adhésion 2015 la 52ème
  • Taille : 295.68 Ko
yes /

Télécharger